Santé des femmes

Tous les jours, 830 femmes meurent de complications survenant durant la grossesse et suite à l’accouchement. Ce nombre représente 300 000 décès par année (OMS, 2015).

Santé des femmes

Tous les jours, 830 femmes meurent de complications survenant durant la grossesse et suite à l’accouchement. Ce nombre représente 300 000 décès par année (OMS, 2015).

Santé reproductive

99% des décès maternels surviennent dans les pays en voie de développement. Dans certains pays où la couverture sanitaire est insuffisante, la probabilité qu’une jeune femme meure au cours de l’accouchement ou durant la grossesse est de 1 sur 54. En comparaison dans les pays développés, la probabilité est de 1 sur 4 900 (OMS, 2015). La réduction de cet écart permettra d’atteindre l’une des cibles du 3ième Objectif en matière de développement durable, en l’occurrence réduire le taux de mortalité maternelle à moins de 70 sur 10 000 naissances avant 2030.

WAHA International place la santé des femmes – et particulièrement la santé maternelle – au cœur de ses actions. En raison de divers facteurs environnementaux et socio-culturels, parmi lesquels on peut citer la pauvreté, la dépendance financière, le manque d’éducation, la violence et les conflits, les femmes et les jeunes filles ont plus de difficulté que les hommes à accéder à des services de soins de qualité. Elles sont exposées à des complications importantes, notamment la contamination par le VIH, le cancer du col utérin, la mutilation génitale et les complications liées à l’accouchement.

La santé sexuelle des femmes et des mères constitue une priorité pour WAHA. Nos projets en matière de santé de la reproduction visent à assurer la continuité des soins des femmes au long de la grossesse, de l’accouchement et durant la période post-partum. Nous nous efforçons de garantir que les accouchements soient faits en présence de personnel médical qualifié et assurer ensuite un accès aux soins de qualité après la naissance, y compris des services de planification familiale et des plateaux techniques permettant le traitement chirurgical des complications éventuelles comme la fistule obstétricale.

De manière globale, nos projets sont conçus pour répondre aux besoins des femmes en matière de santé, de planification familiale de santé reproductive. Nous fournissons des soins obstétricaux, anténataux et des soins post-partum. Notre modèle d’intervention consiste à réduire les « trois retards » :

  • Retard dans la décision de chercher des soins
  • Retard dans le trajet vers un établissement de soins
  • Retard dans la prestation d’un traitement adéquat
EN SAVOIR PLUS SUR NOTRE ACTION

Dans le but de renforcer les capacités médicales locales et de mobiliser les collectivités, nous menons des activités d’information, de formation et de communication (IEC) et nous efforçons d’établir et de renforcer des systèmes de référence (aide à l’acheminement d’un patient vers une structure de santé correspondant à ses besoins de santé) dans les communautés où nous sommes implantés. Nous privilégions par ailleurs l’amélioration structurelle des établissements de soins, la mise à disposition d’équipement et de fournitures, la formation et la mise à disposition de professionnels de la santé (dont les sages-femmes et les médecins qualifiés en obstétrique). Nous optons aussi pour le développement de politiques visant la pérennité des projets et la recherche autour de nouvelles stratégies innovantes pour la prestation de services. Nos actions visent à garantir la survie des mères et des enfants et à prévenir l’apparition de maladies évitables au cours des phases potentiellement à risque que sont la grossesse, le travail, l’accouchement et la période postnatale. Nous proposons des soins anténataux mobiles en cas de manque d’infrastructures fixes afin de garantir que les mères soient vaccinées, qu’elles bénéficient des tests de dépistage pour les maladies transmises sexuellement ainsi que les maladies non transmissibles (par exemple, le diabète). Nous faisons en sorte qu’elles maintiennent un statut nutritif adéquat et qu’elles reçoivent des thérapies préventives contre le paludisme. Toutes ces actions permettent d’améliorer les perspectives de prise en charge des mères et des enfants en matière de santé.

Complications du post-partum

Le post-partum peut donner lieu à diverses complications, dont les principales sont :

– La fistule obstétricale
– Le prolapsus des organes pelviens
– L’incontinence urinaire

La fistule obstétricale

La fistule obstétricale est une complication pouvant survenir lors de travail prolongé et bloqué : l’insuffisance du flux sanguin dans les tissus provoque une nécrose qui résulte en une communication entre la filière génitale et la vessie ou le rectum et un écoulement permanent et incontrôlé de l’urine et/ou des selles. Bien qu’il y ait actuellement une intensification des efforts pour réduire le nombre de cas de fistule obstétricale, il n’en demeure pas moins qu’entre 50 000 et 100 000 femmes souffrent de ce problème tous les ans (OMS, 2014). Ces femmes – qui sont souvent jeunes – sont exclues de leurs communautés.

Causes

Les causes les plus répandues de la fistule sont le travail prolongé et interrompu, l’avortement clandestin, les traumatismes survenus au cours de procédures chirurgicales et le viol et la violence sexuelle. L’accouchement prématuré peut aussi entraîner des complications ainsi que le développement de fistules obstétricales, surtout dans des contextes où les services de soins sont inadéquats ou inaccessibles.

L'action de WAHA

Grâce à la Campagne pour mettre fin à la fistule obstétricale (« Campaign to End Fistula »), des efforts considérables ont été déployés depuis 2003 pour réduire le fardeau social et le problème de santé publique que représente la fistule obstétricale à l’échelle mondiale. En qualité de partenaire principal de la campagne, WAHA International propose une stratégie globale axée sur la prévention des fistules obstétricales, le traitement des cas existants et la réinsertion sociale. L’incidence des fistules obstétricales atteint des taux disproportionnellement élevés chez les femmes vivant dans des pays en voie de développement et appartenant à des populations nomades, contextes où l’accès aux soins maternels est limité ou inexistant. C’est pourquoi WAHA s’appuie sur des approches mobiles innovantes – cliniques mobiles et équipes médicales ambulantes, entre autres – pour cibler les populations difficilement accessibles.

Prévention

WAHA s’efforce de mobiliser les communautés pour évaluerCancer les normes entourant l’accouchement et les droits en matière de sexualité et de procréation. Nous dispensons des formations sur les risques et les besoins liés à la santé maternelle ainsi que sur les options de traitement. Les participantes sont également formées à savoir quand faire appel à des professionnels de la santé. Les efforts de WAHA en matière de prévention sont par ailleurs axés sur l’augmentation du nombre de naissances assistées par des sages-femmes ou des médecins compétents et sur l’amélioration des infrastructures des établissements de soins. Il s’agit d’augmenter le nombre de salles d’accouchement et de garantir l’accès à l’équipement nécessaire pour effectuer des césariennes en cas de besoin.

Traitements

Les fistules obstétricales sont évitables et traitables.155 La prise en charge médicale voire chirurgicale (césarienne) de l’accouchement constitue une mesure de prévention essentielle. WAHA s’est engagée à former des professionnels de la santé, à mettre en place des centres de soins permanents ou provisoires et à en assurer la gestion dans plusieurs pays.

La fistule obstétricale ne se guérit pas d’elle-même que dans des cas exceptionnels ; c’est donc le traitement chirurgical qui s’impose. La chirurgie est efficace dans la plupart des cas surtout les cas simples. Lors de fistules complexes, il est nécessaire d’avoir recours à des chirurgiens expérimentés rattachés à notre organisation. Selon l’OMS, plus de 90% des femmes qui souffrent de fistule obstétricale peuvent être soignées au moyen d’une opération et peuvent continuer à vivre dignement et se réinsérer dans une vie socialement active. Elles peuvent notamment espérer retrouver leur statut de mères et même pour la plupart avoir de nouveau un enfant.

De par son souci d’exhaustivité, WAHA s’engage à assurer la réinsertion sociale des femmes ayant souffert de fistules obstétricales. Nous soutenons diverses activités de réinsertion sociale axées sur le développement de compétences, dont des ateliers d’artisanat : couture,broderie,vannerie, etc.

Le prolapsus des organes pelviens

Le prolapsus des organes pelviens (POP) est le résultat d’un affaiblissement des muscles et des membranes du périnée qui provoque la descente des organes intra-pelviens et une sensation de relâchement ou de voussure au niveau du vagin.
L’accouchement et surtout les accouchements multiples et compliqués (dystocie,déchirure périnéale spontanée et provoquée, forceps) sont les causes principales de prolapsus des organes pelviens. Parmi les autres causes possibles, on compte les efforts physiques importants et itératifs, la toux chronique et la constipation. La prévalence du POP est actuellement à la hausse chez les femmes âgées (BMJ, 2016). Les symptômes du POP peuvent avoir un retentissement considérable sur les activités quotidiennes, la sexualité et l’exercice physique des femmes. Les femmes ont entre 12-19% de risque de devoir subir une opération chirurgicale pour traiter le POP.

WAHA forme les professionnels de la santé à la chirurgie du POP. Pour ce faire, elle fait venir des experts dans des communautés isolées et appuie la formation chirurgicale de nouveaux médecins.

L’incontinence

Lorsque l’incontinence urinaire et fécale se produit chez les jeunes femmes, elle est souvent causée par un traumatisme des muscles et des membranes du plancher pelvien lié au travail prolongé et compliqué. Il existe peu de données sur la prévalence de l’incontinence, et ce particulièrement dans les pays aux ressources limitées. Le risque d’incontinence est pourtant accru dans les zones où le taux de fertilité est élevé et où l’accès aux soins maternels est limité.

WAHA fournit un traitement pour l’incontinence et la formation des praticiens locaux sur les bonnes pratiques en matière de soins de santé.

 

Nos actualités sur ce sujet

Share This