Crise des réfugiés et populations déplacées

Le nombre de personnes déplacées autour du monde n’a jamais été aussi haut, avec 65 millions de personnes, dont 21,3 millions sont des réfugiés. (UNHCR, 2015)

Crise des réfugiés et populations déplacées

Le nombre de personnes déplacées autour du monde n’a jamais été aussi haut, avec 65 millions de personnes, dont 21,3 millions sont des réfugiés. (UNHCR, 2015)

Refugiés

Parmi les populations qui fuient les conflits et les désastres naturels, certaines personnes se trouvent forcées de quitter leur pays afin de chercher l’asile dans des pays voisins ou de franchir mers ou océans pour atteindre des terres d’accueil. Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) s’assure de la protection des droits fondamentaux de tous les individus et donne aux réfugiés un droit légal de chercher l’asile. La protection et la sécurité des réfugiés et des demandeurs d’asile représentent néanmoins une responsabilité colossale pour les gouvernements et les états.
Ayant fui leurs pays avec peu voir rien, les réfugiés sont dans des conditions d’extrême vulnérabilité et dépendance. Ils font face d’autant plus à des situations administratives complexes, dans la mesure où ils doivent attendre que leur demande d’asile soit enregistrée avant de recevoir le statut officiel de réfugiés. Dans ces conditions, leur santé est souvent négligée et les soins sont rares ou difficiles d’accès.

Déplacés internes

Les populations sont obligées de fuir leurs foyers à cause de l’insécurité liée aux conflits armés, de la peur d’être persécutés du fait de leur race ou de leur religion, des violences physiques ou psychiques bafouant au quotidien les droits de l’homme et le respect de la personne. Certains d’entre eux ne franchissent pas de frontière internationale et demeurent donc en situation de déplacement au sein de leur pays ; on les appelle « déplacés internes ». Dans ce cas, ils demeurent sous la gouverne de leur pays bien que parfois c’est celui-ci qu’ils essaient de fuir. Ceux qui fuient les désastres naturels et les conflits armés sont les plus susceptibles de souffrir de problèmes de santé et d’être privés d’accès aux services de soins.

La crise européenne des réfugiés

Plus d’un million de personnes – hommes, femmes et enfants – ont effectué la traversée de la Méditerranée pour gagner l’Europe depuis le début de 2015. Cet afflux représente un défi humanitaire sans précédent depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les gens continuent de risquer leurs vies lors de ce voyage périlleux afin de trouver l’asile en Europe.

DE PERSONNES ONT TRAVERSÉ LA MEDITERRANÉE EN 2015

L’ACTION DE WAHA

Depuis 2009, WAHA International est présent dans les pays d’origine des réfugiés, sur les voies de transit et dans les pays d’accueil. Nous intervenons dans les camps de réfugiés en partenariat avec le HCR afin de dispenser des soins primaires et plus particulièrement les soins destinés à la mère et l’enfant. Nous avons lancé des programmes au Kenya et en Éthiopie, où des milliers de réfugiés somaliens, soudanais et congolais sont venus chercher la sécurité.

En 2011, nous avons entamé une intervention dans les camps de réfugiés de Dadaab, au nord du Kenya, près de la frontière avec la Somalie. Nous avons dispensé des soins obstétricaux et néonataux  en partenariat avec Médecins du Monde. WAHA International travaille également dans le camp de réfugiés de Bokolmayo à Dollo Ado, en Éthiopie, depuis 2013.

Avec ses équipes mobiles et réactives, WAHA travaille dans les camps pour venir en aide aux personnes fuyant les conflits en Somalie, en Syrie, en Iraq et du Soudan du Sud. Les équipes de WAHA International ont mis en place des centres de soins obstétricaux et néonataux pour répondre aux besoins d’urgence à Mogadiscio, en partenariat avec la Société du Croissant-Rouge des Émirats arabes unis.

WAHA International est également intervenue dans les camps de déplacés internes en Somalie afin de dispenser des soins maternels et d’établir un programme de traitement de la fistule obstétricale.

Depuis le début de 2015, WAHA International intervient pour les milliers de réfugiés qui arrivent en Europe pour fuir les dangereux conflits en Irak, en Syrie et en Afghanistan. En partenariat avec le HCR, WAHA est implantée en Grèce – à Thessalonique et sur les îles de Lesbos, Chios et Kos – ainsi qu’en Turquie, près d’Izmir, et dans les Balkans (Croatie, Serbie, Macédoine et Slovénie).

Depuis novembre 2015, WAHA est active dans le Kurdistan irakien. Nous dispensons des soins aux déplacés internes qui ont dû fuir leurs foyers à cause de l’arrivée de l’État Islamique et de la guerre civile en Syrie.

WAHA investit également dans les moyens de sauvetage sur la Méditerranée, notamment avec des bateaux partant de Chios pour guider et sauver les migrants qui traversent la Méditerranée.

De la reconstruction des centres de soins à la mise en place des soins de santé primaires, obstétricaux et néonataux, WAHA International s’assure que les personnes les plus vulnérables ont accès aux soins. WAHA s’efforce d’atténuer la souffrance des réfugiés et des déplacés internes et de les aider à retrouver leur dignité, peu importe les circonstances.

Nos actualités sur ce sujet

Share This