Zones de conflit et de post-conflit

Deux milliards de personnes vivent dans des pays où l’instabilité, les conflits et les violences ont une incidence sur leur santé. La plupart de ces pays sont en voie de développement.(Banque mondiale, 2016)

Zones de conflit et de post-conflit

Deux milliards de personnes vivent dans des pays où l’instabilité, les conflits et les violences ont une incidence sur leur santé. La plupart de ces pays sont en voie de développement.(Banque mondiale, 2016)

On dénombre actuellement 25 conflits armés sur la planète, dont certains ont débuté dans les années 1990. Les populations de ces zones de conflit sont victimes de la violence directe mais elles souffrent également des dommages collatéraux qui souvent perdurent à la fin des conflits : destruction des habitations, famine. Parfois les conflits s’enlisent avec des recrudescences périodiques qui entrainent au final une instabilité chronique.
Dans ces zones instables les populations vulnérables sont les premières à souffrir du défaut de soins de santé, soit parce que les infrastructures

de santé ont été détruites ou endommagées, soit du fait du déficit de personnel médical et paramédical ou encore par défaut d’approvisionnement en médicaments et dispositifs médicaux.

Les blessures par armes de guerre sont évidemment plus fréquentes (balles à haute vélocité, éclats d’obus) sans oublier les brûlures voire les gaz toxiques.

Les taux de violence à caractère sexiste, de détresse psychologique et de maladies mentales sont plus élevés dans les zones de conflit.

L’ACTION DE WAHA

WAHA reste neutre et impartiale dans les zones de conflit et de post-conflit.

Souvent la première ONG à intervenir sur le terrain, WAHA évalue rapidement les besoins des populations afin de déterminer la nature des interventions nécessaires. Sur plusieurs continents, WAHA a construit des établissements de soins provisoires, fixes ou mobiles afin de proposer des soins médicaux aux populations locales et aux groupes déplacés. De plus, WAHA fait venir des médecins, des infirmières, des psychologues et d’autres spécialistes sur le terrain afin d’appuyer les intervenants locaux. La capacité de WAHA à s’adapter à des contextes nouveaux et changeants lui permet de répondre aux besoins de toutes ces populations, quelque soit leur situation.

Pays concernés

Nos actualités sur ce sujet

Share This