Changement climatique

Le changement climatique a tendance à affecter de façon disproportionnée les pays pauvres incapables de s’adapter aux conditions climatiques en évolution.

Changement climatique

Le changement climatique a tendance à affecter de façon disproportionnée les pays pauvres incapables de s’adapter aux conditions climatiques en évolution.

Les modifications de la répartition statistique des régimes climatiques, autrement dit le changement climatique, diffèrent selon les régions du monde. Toutefois, ce phénomène touche principalement les pays pauvres et défavorisés qui ne sont pas en mesure de s’adapter aux conditions climatiques changeantes, faute d’outils et d’infrastructures adéquats. En outre, certains pays sont plus vulnérables à l’impact du changement climatique, qui découle de l’emplacement géographique, du degré de

dépendance à l’égard du secteur agricole et des clivages socio-économiques au niveau gouvernemental, couplés à une grande pauvreté et un taux élevé d’accroissement démographique.
Les pays de l’hémisphère sud et les pays situés de part et d’autre de l’équateur, à l’instar de beaucoup de pays africains, reposent en grande partie sur leur écosystème local pour s’assurer des ressources abondantes en nourriture, en énergies et en eau.

Agriculture

L’agriculture compte parmi les premiers domaines sévèrement affectés par le changement climatique en raison des sécheresses, des inondations, des orages et de la hausse du niveau des mers. L’agriculture tributaire des eaux de pluie connaîtra un déclin important dans les décennies à venir, car la fréquence élevée des sécheresses affaiblit ce secteur. La diminution des récoltes qui en résultera, mettra en péril la sécurité alimentaire. La croissance économique s’en trouvera indirectement compromise. Ajoutons à cela les impacts négatifs sur la biodiversité, et la raréfaction ou la migration de certaines espèces animales et végétales.

Maladies

Ces changements engendreront au final des maladies, à l’échelle individuelle ou collective, à l’origine de foyers infectieux, voire d’épidémies. L’insécurité hydrique induite par le changement climatique menace la santé des communautés en entraînant une prévalence accrue des maladies comme la diarrhée. Les variations climatiques et les modifications extrêmes des conditions météorologiques exercent tout autant une influence sur les troubles infectieux altérant les taux de reproduction et de survie. Un rapprochement a été fait entre le paludisme et la hausse des températures, entre autres facteurs. Il en va de même pour la dengue : le moustique vecteur du virus subit aussi ces altérations écologiques. On voit également émerger les maladies à transmission hydrique et le choléra pour les mêmes raisons.
Qui plus est, 800 millions d’Africains souffrent de malnutrition, alors que la population subsiste encore grâce aux récoltes. Il apparaît que la production alimentaire déclinera en raison du changement climatique, étant donné que les sécheresses et autres phénomènes météorologiques affectent directement les récoltes et l’approvisionnement en nourriture. Ce qui aggravera d’autant plus la malnutrition de grande envergure.

Urbanisation

Le changement climatique affligera le plus durement les petits exploitants agricoles : ces derniers ne pourront plus compter sur la production agricole. Une corrélation a d’ailleurs été établie entre cette situation et l’accroissement de l’urbanisation. Si la communauté est incapable de se nourrir en cultivant ses propres terres, ses membres seront forcés de partir s’installer dans les zones urbaines. Cet exode rural entraînera une surpopulation des villes et aura probablement d’autres conséquences négatives telles qu’une exposition plus élevée aux maladies et des conditions sanitaires déplorables.

L’ACTION DE WAHA

Face aux problèmes sanitaires croissants liés au changement climatique, WAHA International prodigue des soins médicaux complets aux pans les plus fragiles de la population. Nos programmes de soins de santé maternelle incluent l’apport d’une alimentation adaptée aux mères durant les périodes néo- et post-natales. Dans les pays comme l’Éthiopie et le Soudan du Sud, nous encourageons l’allaitement au sein et instaurons un calendrier vaccinal pour les enfants afin d’empêcher la transmission des maladies contagieuses susceptibles de se propager à cause des effets du changement climatique.
Nous collaborons en permanence avec les autorités sanitaires et les organismes locaux pour nous assurer que nos programmes et activités répondent aux besoins des autochtones, et ce dans le but d’améliorer leur état de santé général au mieux.

Share This